Une eau trouble

Une eau trouble
La vapeur se colle à la vitre

La main qui tremble

La chambre est vide

Ni lumière, ni ombre
Ne danse sur les murs

Tout m’échappe et la porte se ferme

Rien ne m’appartient.

Advertisements

Lendemain

Craquée

Fissures sur ma langue
Les mots se sont coupés
La veille

Cris et noyade

Je cherchais le ciel bleu du matin
Et mes doigts tremblaient
La tête dans les nuages

La lumière du lendemain
Est claire

Douceur silencieuse

Tu Ressurgis

Tu ressurgis de l’ombre
Tu ressurgis d’un rêve
Un oubli, une marche loupée de peu

Tu ressurgis dans l’air
Nos mémoires virtuelles
Ces lucioles, ces morts lumineuses
Ces échos de nos vies parallèles

Et tout devient léger

Et tout redevient beau.

LUEURS

Spark in the night

Vous me parlez de lumière
De ces grands soleils, ces grandes vérités
De la certitude et du réconfort

Vous me parlez de lumière
Celle qui réchauffe et éclaire le monde

Vous me parlez de lumière

Mais la lumière est trop forte, trop vive, trop audacieuse pour moi
La lumière rentre dans les pores de ma peau
Elle déchire mon être et révèle les douleurs
La lumière vole trop haut et perce trop loin, trop vite
Et mes doigts dansent dans ses rayons
Nerveux, par peur d’être brûlés

Vous me parlez de lumière
De la lumière qui sauve, de celle qui délivre

Mais mon être est un être obscur
J’ai soif de la soif de lumière
Je cherche la percée, non pas la vérité
Ni la certitude

Je veux vivre la crainte d’exister
La peur qui vit dans chaque mouvement et dans l’inaction
L’incertitude de ne jamais savoir lequel des gestes sera fatal

Je veux imaginer des mondes fantastiques
Et danser avec leurs ombres
Entrevoir les replis des êtres
Et lire chaque page, la bougie à la main

J’attends la nuit pour que la braise luise
Que le rouge enflamme nos coeurs
Que nos visages se cachent, se cherchent
Et que nos mains se retrouvent dans l’oubli

Je veux attraper la lueur des étoiles
Et entrevoir d’infinies éternités
Je ne veux pas savoir

Je veux te deviner.