Je viens du Nord

DSC_0527.jpg

Je viens des terres du Nord. L’âme y retourne, s’enterre au milieu des racines, grimpe aux branches qui s’étirent jusqu’aux nuages. Nuages de neige, couverture des étoiles. Je viens des lacs blancs, où la glace brûle les nerfs. Où chaque goutte embrasse le bout des doigts.

Je viens des collines vertes qui s’inclinent sous la brume. Des champs qui flambent sous le ciel rouge du soir. Où la nuit se dépose comme un secret sur l’oreiller du monde.

Je viens des mers grises qui dansent sous la bise, où les bateaux se balancent au rythme des ivrognes.

Je viens des terres du Nord. Et mes voiles sont ouvertes.

Je viens des terres du Nord. Et j’y retourne.

Enfin.

Advertisements

Pensées matinales

tumblr_nnqxnx4BDz1sh5swko1_500

La nuit s’enfuit dans un murmure
Depuis les hauteurs des collines
Ma gorge s’assèche des fumées bleues
Des blanches cigarettes
Nos lèvres forment des sons préfabriqués
La danse des sous-entendus
Le jeu des regards, le diable à notre épaule
Le clic clac des briquets
Rythme de ces minutes qui s’envolent
De tout ce qu’on oublie
Chacun de nos mouvements est lourd
Tout est trop prévisible
Nous aurions préféré passer la nuit sans l’autre
A tisser la tapisserie de nos coeurs trop légers
A attendre de vivre un autre jour, peut-être
Et rêver jusqu’à ne plus pouvoir
S’enfoncer dans la réalité.

Rêverie anglaise

DSC_0595

Perdue dans une campagne mouvante
Sous des vagues nuageuses
L’air lourd m’est facile
Des courbes de collines inconnues
Etrangères du merveilleux
Je me demande
Si l’on me retrouvera
Un jour
Je me demande
Combien de temps
Avant l’oubli?