I remember

DSC_0641

I remember
How the skies stretched above my head
How light and high it felt
That winter
I remember
How cold it was
How blue the snow was
How loud and red you laughed
I remember
The way clouds of milk would form
In your cup of tea
I remember
The sound of your tears dropping
Staining the tablecloth
I remember
How blue my fingers were
How we all tried to sleep
In the dark
I remember
How alone and happy I felt
That night
How the icy waves would crash
Around us
How blue the music sounded
That night
I remember
How my voice echoed in the empty hallways
How powerful it made me feel
I remember
There was yellow in the air
I raced happiness until it rained
I was a crazy child
I remember
How I whispered to you at night
How it faded into silence
I remember
How colourful it was
How beautiful it is
To fall in love with you

Il y a des beautés qui préfèrent le silence

Il y a des beautés qui préfèrent le silence
Les mots corrompent leur vol
Et ne suivent pas la chute des âmes brûlées

Il y a des beautés si délicates
Qu’un murmure les disperse
Et laisse dans l’air mille lumières brisées

Il y a des beautés qui bourgeonnent au son de la pluie
Elles réchauffent les cœurs avec des larmes chaudes
Et doucement nous portent vers le calme sommeil

Il y a des beautés qui s’éteignent en un cri
Qui s’effacent, et, comme la flamme soufflée,
Laissent au fond de notre œil l’ombre d’une lumière

Il y a des beautés qui déchirent les hommes
Comme le miroir qu’effleure le bout de notre doigt
Comme un matin d’hiver quand on croyait l’été

Il y a des beautés qui n’ont pas de chemin
Trop communes, trop certaines, nous croyons les connaître
Et comme des voleuses, elles viennent saisir nos nuits

Il y a des beautés qui préfèrent le silence
Car il n’y a pas de mots pour décrire la douleur
Car il n’y a que l’ami pour marcher avec nous
Et soigner peu à peu nos pauvres âmes brûlées