“Le voyage de Chihiro” – review

Chihiro02

«  Le voyage de Chihiro » est incontestablement l’un des films d’animations les plus rentables et les plus populaires de l’histoire du cinéma. Cet « anime », comme le disent les Japonais, est le film le plus rentable qu’ait produit le Japon, rapportant 2 milliards de Yen grâce aux 23 millions d’entrées vendues, battant tous les records. Remportant l’Oscar du meilleur film d’animation en 2003 ainsi que l’Ours d’or du meilleur film à Berlin en 2002, cet anime est resté gravé dans les mémoires, encensé par la critique internationale.

Il raconte l’histoire d’une petite fille de dix ans, Chihiro, qui s’égare avec ses parents dans une ville déserte lors de leur déménagement. Les parents sont transformés en cochons après avoir mangé des plats qui ne leur étaient pas destinés et Chihiro est condamnée à travailler pour la sorcière Yubaba au Palais des Bains, où elle doit nettoyer les dieux. Son nom lui est dérobé et elle ne s’appelle plus que Sen. Durant le film, elle va tenter de retrouver ses parents avec l’aide de son ami Haku, lui aussi prisonnier du pouvoir de Yubaba.

Ce film marque pour beaucoup l’apogée de son créateur, Hayao Miyasaki. En effet, les paysages, le trait du dessin et la vivacité des couleurs donnent vie à une imagination extravagante, captivant par la même occasion un public de tout âge. Plus de dix ans après sa sortie, le film génère autant de succès parmi les cinéphiles et porte un véritable impact en ce début de siècle.

En effet, les thèmes principaux abordés dans l’œuvre de Miyasaki ont à la fois une portée existentielle et contemporaine. D’une part, il existe une véritable réflexion à propos de la société moderne, des dangers du capitalisme ainsi que de l’importance de la protection de l’environnement. D’autre part, « Le voyage de Chihiro » est un récit du passage à l’âge adulte et de l’articulation d’une identité, à la fois changeante et permanente.

Premièrement, ce film met en opposition la société moderne et sa culture capitaliste avec la tradition japonaise d’antan.

C’est d’abord la gloutonnerie économique des années 90 au Japon qui est pointée du doigt, dès le début du film. Cela commence par l’apparition d’un parc d’attraction abandonné, signe d’un âge d’excès et de luxe ayant sombré dans le chaos et la crise économique. Ensuite, les parents de Chihiro, persuadés de pouvoir régler leur facture avec leur carte de crédit ne résistent pas à la tentation de dévorer des plats qui ne leur sont pas même proposés. Ils sont transformés en cochon, signe ultime de leur gloutonnerie décadente et de leur manque de politesse. Ici, Miyasaki veut manifestement montrer que l’argent permet à présent toute impolitesse et demeure l’unique valeur morale de la société nipponne. Cette perte de culture au profit de l’argent est un thème récurrent de l’œuvre.

Cette idée est renforcée par le personnage de Sans Visage. Sans Visage est un être fantomatique muet qui tente de s’acheter de l’affection par le biais de présents tels que de l’or. Il reflète la concupiscence et la corruption d’une société basée sur le secteur tertiaire. Timide, Sans Visage devient progressivement une figure monstrueuse qui dévore tout sur son passage. Il tente de s’approprier une identité en adoptant la voix de ceux qu’il dévore et cherche dans l’argent un moyen de se construire lui-même et ses relations. Il ne pourra retrouver son moi originel qu’en perdant toutes ses possessions.

Miyasaki souhaite montrer que l’argent est superficiel, sinon pourri : lorsque la sorcière Yubaba tient une poignée d’or dans ses mains, celle-ci se transforme en boue.

Deuxièmement, « Le voyage de Chihiro » se trouve être une véritable apologie de l’écologie. Tout d’abord, le récit se joue au milieu de bains, où les dieux doivent venir se purger. Mais se purger de quoi ? Le passage d’un dieu putride en est la réponse. Ce dieu, pestilentiel et crasseux, se trouve être en fait une rivière polluée. Ici, la saleté et la pollution déforment et corrompent le beau, le puissant, le divin.

Ces dérives de la société moderne sont contrées par les valeurs du « vieux Japon », ici défendues par nulle autre que Chihiro elle-même. C’est elle qui nettoie le dieu putride, sauve Sans Visage et refuse son argent et finalement sauve également son ami Haku. Elle représente une jeunesse qui revient aux sources au travers d’un voyage initiaque vers l’âge adulte.

Finalement, cette œuvre retrace ce passage à l’âge adulte et la quête identitaire de cette préadolescente.

L’identité dans ce film est intimement liée avec le prénom de la personne. En effet, lorsque Chihiro se met au service de la sorcière Yubaba, celle-ci lui « dérobe » son nom est la rebaptise Sen. Haku lui-même n’arrive pas à se rappeler de son nom. Ceci implique qu’il reste sous le pouvoir de la sorcière. En effet, lorsque l’on ne sait pas qui l’on est et que l’on oublie son propre nom, on ne s’appartient plus. Si l’on traduit littéralement le titre japonais du film, il pourrait s’agir de « Sen et la disparition de Chihiro », marquant bien le changement d’identité en fonction du prénom. Posséder un nom, c’est se rappeler de ses racines. Si l’on ne se rappelle plus de son histoire, on ne peut être libre. Ceci pourrait être un message subliminal de Miyasaki à la société nipponne qui peine à réconcilier son histoire belliqueuse.

Ce voyage initiatique qu’entreprend Chihiro est parsemé de passages qu’elle doit traverser : le tunnel au début du film, la rivière, le pont du palais des bains qu’elle doit traverser en retenant sa respiration, la forêt de Zeniba qu’elle doit franchir afin de sauver son compagnon Haku ainsi que le train qu’elle doit prendre sont tous symboles d’un voyage entre mondes, entre âges. Le train qui roule sur l’eau en est le symbole le plus frappant. L’eau, symbole de vie et d’émotion porte ce train qui, nous dit-on dans le film, ne roule que dans une seule direction, analogue à l’existence humaine.

Dans ce train, on rencontre des fantômes ressemblant étrangement aux fameux « salary-men » japonais qui passent leur vie dans les transports en commun. Seuls leurs serviettes, leurs manteaux et montres restent palpables, alors que leurs corps ne sont qu’ombres transparentes. Peut-être est-ce le reflet de la foule anonyme de ces travailleurs nippons qui se fondent dans la fourmilière sociale, perdant leur vie et individualité dans la course au profit.

En conclusion, ce film est un portrait poétique de notre société contemporaine, sujette aux crises financières et réchauffements climatiques, peinant à retisser des liens avec son histoire et sa culture. Aussi, il se trouve être une belle métaphore du passage d’âge en âge de la vie et de la découverte et/ou invention de sa propre identité.

« Le voyage de Chihiro », Hayao Miyasaki, 2001

Advertisements

Leave a Reply :) Any feedback is welcomed!

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s